Ne pas chercher le Roi des Aulnes.

 

 

Quel est ce chevalier qui file si tard dans la nuit et le vent ?
C'est le père avec son enfant ;
Il serre le petit garçon dans son bras,
Il le serre bien, il lui tient chaud.

 « Mon fils, pourquoi caches-tu avec tant d'effroi ton visage ?

— Père, ne vois-tu pas le Roi des Aulnes ?

.....................

For t 2

acrylique et pastel 65/25cm

 

 

.......................................

 — Mon père, mon père, maintenant il m'empoigne !

Le Roi des Aulnes m'a fait mal ! »

 

 

 

For t 3

 

 

 

................

Le père frissonne d'horreur, il galope à vive allure,
Il tient dans ses bras l'enfant gémissant,
Il arrive à grand-peine à son port ;
Dans ses bras l'enfant était mort.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (7)

1. jill bill (site web) 02/04/2014

Je n'ai rien lu de cet auteur mais en allant sur clic.... une vie bien remplie... ! Merci jama, j'aime bien l'acrylique une, plus ton pastelle....

jamadrou

jamadrou Le 02/04/2014

Jill, début de l'histoire plus tendre l'enfant vit "La rouge" l'enfant est mort= douleur Voilà ce que je voulais transcrire Merci Jill ton avis m'est précieux

2. M'mamzelle Jeanne (site web) 04/04/2014

Merci d'être venue me voir chère Jamadrou..
merci de ton gentil petit mot !
Je viens de lire ce poème..qu'il est triste !
Tu l'as vraiment bien représenté.. le rouge là, figure la douleur du père!
Je te souhaite une belle soirée et t'envoie un big bisou

jamadrou

jamadrou Le 04/04/2014

Merci M'amzelle, oui pauvre papa! Ma tartiflette est prête Jeanne, j'attends des amis, il y aurait une place pour toi... peut-être qu'à travers l'ordi tu sens la bonne odeur du reblochon qui fond... je pense à toi bisou Jeanne.

3. Aloysia_Martine (site web) 27/11/2014

Dure, dure, terrible cette ballade... Justement elle me hantait il y a quelque temps.
Tu l'interprètes drôlement avec ces bois sanglants...
"Le père est terrifié ; il galope ventre à terre... ... "

4. Aloysia_Martine (site web) 18/01/2015

Ah ! En effet, j'avais oublié puisque j'y suis déjà venue... Et déjà, tu vois, je te mets ma propre "traduction" qui est généralement plus violente que les traductions classiques. C'est une ballade très puissante que l'on ne peut apprécier à tout moment, mais en ce moment elle m'est revenue en force avec le travail que j'ai entrepris, et mon interprétation est évidemment très particulière. J'ai ressenti que l'enfant était "victime de l'illusion" ; et comme Phène me dit régulièrement qu'il faut maîtriser le mental en lui tenant les rênes, moi qui suis très émotive et dont les pensées volent à cent à l'heure je me suis vue soudain comme ce père sur ce cheval, essayant de maîtriser son émotion... Cependant la conclusion, avec l'enfant mort, n'est pas très gaie et je me demande si Phène viendra me la commenter d'un avis éclairant. Bises, chère Jamadrou, et merci de tes mots chaleureux.

jamadrou

jamadrou Le 18/01/2015

Aloysia maîtriser les émotions ce n'est pas les voir mourir nous vivons de part nos émotions , il faut les bercer, les calmer, les apprivoiser, les aimer, leur donner la chance de grandir et de se transformer pour devenir autonomes et belles, indépendantes et respectueuses. Pour apprendre a bien vivre avec les autres il faut déjà bien vivre avec ses propres émotions. et ainsi l'histoire se terminera bien, l'enfant/émotion hallucination sera vivant mais s'émancipera et pourra alors se promener seul. Il ne verra ni ne cherchera pas le roi des Aulnes

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site